Jeudi 30 avril 4 30 /04 /Avr 11:36

L’envie de raconter mon expérience passée à Tanger durant 6 mois a été si forte qu’elle est à l’origine de ce blog. Voici donc cette Xpérience racontée du mieux possible selon mes souvenirs.

LE CONTEXTE

C’étais un dimanche ou j’étais allée passer une des nombreuses journées à me faire baiser comme une chienne à l’Atlas, ce ciné X ancienne version situé à Pigalle.

Je m’apprêtais à rejoindre mon hôtel vers les 23h situé à 50 m du ciné quand un homme s’adresse à moi en me disant  d’un air très admiratif « tu es à la fois superbe et impressionnante Sophie » je t’ai baisée et observée toute l’après midi et j’ai une proposition à te faire.

Cet homme allait devenir mon employeur pendant 6 mois. Nous avons échangés nos TEL et mails et 4 jours après j’avais mon billet d’avion pour Tanger.

Le deal était simple : j’étais logée, nourrie et « indemnisée » pour me faire baiser sur les chantiers de mon employeur tous les jours. J’avoue que j’en avais un peu rêvée mais me retrouver la en me disant que j’allais vivre comme une vraie pute d’abattage me rendais folle d’émotions et d’excitation.

Le contrat était de 3 mois renouvelable 1 fois.

 

MA MISE EN PLACE

Accueillie à Tanger dans ma personnalité de mec par obligation, passeport oblige… par un des chefs de chantier de Nader, mon employeur.

Premier contact assez froid sans doute sur ordre car je sais que la suite du contrat m’imposait d’être en fille en permanence. Idem pour l’accueil au Ryad, magnifique villa ou j’allais vivre. La cuisinière m’installe dans l’immense chambre que je partage avec Monica une superbe trans espagnole.

Brahim, le chef venu me chercher à l’aéroport me donne 3 heures pour me préparer avant de m’emmener me présenter sur les chantiers.

Monica allait devenir plus qu’une amie, mais aussi une vraie partenaire. Notre première discussion a été bien nourrie. Tu verras ils vont tous vouloir t’essayer ! me disait-elle…

Me voici en route avec Brahim, en tenue de pute, habillée d’une mini robe ras des fesses et bien décidée à donner du plaisir aux ouvriers de mon employeur et à en prendre aussi un max !

Après explications, il y avait 6 chantiers répartis dans Tanger mais aussi autour de la ville. Les filles comme nous tournaient à tour de rôle suivant un planning bien rodé. Nous faisions donc 2 à 3 chantiers par jour suivant son importance. Chaque chantier était organisé de façon différente et plus ou moins hard pour la baise avec de 25 à 70 ouvriers.

A chaque première visite sur un chantier mon cœur battait très fort et je me régalais à l’idée de donner du plaisir à tous ces hommes qui allaient venir se vider dans ma bouche ou mon cul. L’accueil sur les chantiers était très chaleureux et beaucoup de compliments sur mon physique me faisaient bien plaisir. C’est vrai que j’avais à cœur de plaire et j’avais passée du temps pour ça.

La baise n’était que du bonheur, pour eux et pour moi. L’excitation aidant les hommes se lâchaient rapidement et des grosses queues se succédaient rapidement dans mes orifices. C’était viril, très viril !

Je ne voyais pas les heures défiler tellement j’étais dans mon trip.

Les premiers jours passés à être présentée aux ouvriers ont été très fatigants pour moi. Les conseils de Monica, ma nouvelle copine étaient les bienvenus. La première semaine passée, les chefs de chantiers étaient aux petits soins pour moi et ils m’ont même tous félicitée pour le nombre de mecs qui me sont passés dessus.  "ils sont tous ravis de tes services, tu es une super bonne pute !" me disaient-ils

Pour ma part je dois dire que les 2 premières semaines ont été un peu difficiles, il fallait prendre le rythme !

C’est vrai que je n’étais pas habituée à prendre 50 à 60 bites dans mon cul tous les jours. Mais quel régal !

 

Quelques sorties étaient organisées dans Tanger avec nos chefs de chantiers et quelquefois avec Kader lorsqu’il venait passer une semaine d’inspection. Au bout d’un mois et quelques visites chaudes dans des bars à putes, petits bordels, ou cases à putes sur le port je commençais à être connue dans le coin.

La petite travesti française, Sophie, super chienne de chantier à Kader, un des chefs d’entreprise connu sur la région car gros employeur d’ouvriers du bâtiment.

Les ouvriers venaient apparemment de loin pour travailler pour lui… tu m’étonne !

 

LE PORT

Petite parenthèse sur les « cases » à putes du port.

Je n’avais pour ma part jamais rien vu de plus hard.

Des anciens garages plus ou moins abandonnés qui servent à mettre des filles en abattage pour vidanger à la chaine une multitude de dockers, de marins ou d’ouvriers en tout genre.

 

J’ai testée… et je dois bien reconnaitre que c’est à la fois hyper excitant et angoissant car très difficile d’en ressortir. Les lieux sont crades, la majorité en terre battue avec simplement des tapis au sol. Des anneaux scellés aux murs avec des chaines qui pendent laissent imaginer que certaines filles se font attachées lors des abattages. Peut être des récalcitrantes…

Je ne pense pas voir un lieu un jour plus hard que celui la ! Il y a foule devant les entrées ou des chiennes sont à dispo, peut être 20 mecs voir plus attendent sachant que le local doit être plein de mecs qui s’affèrent. 

La, les mecs viennent pour se vider entre 2 trajets maritime et sont relativement pressés de se soulager. A coté les chantiers sont presque tranquilles !

Jamais je n’ai été menée de la sorte, je me sens vraiment une vide couilles et rien de plus !

Au bout d’une heure mon cul déborde de sperme et ma bouche dégouline, je n’ai même pas le temps de m’essuyer avec un kleenex, les queues se suivent à une cadence infernale… sentir toutes ces queues me pénétrer me rends folle ! Je ne suis plus maitre de mon corps et au bout de plusieurs heures je me sens en overdose de sexe et de queues… certains mecs me donnent de grandes claques sur les fesses ou sur les joues pour me faire réagir.

Je suis dans un état de transe que je ne maitrise pas !

Après un après midi et soirée passée dans ce local d’abattage on vient me chercher… un chef de chantier : « et bien tu a bien morflée on dirait »

Il est presque obligé de me porter tellement je suis crevée !

Jamais je n’ai vécu une telle chose et je ne le referais sans doute jamais car même moi je me suis faite peur.

Mon kiff avait été atteint à un tel point que je ne le maitrisais plus, j’avais sans doute atteint mes limites dans l’abattage. Mais à quel prix, j’ai mis 3 jours à m’en remettre.

Je me demande toujours quelle nana peut être à se point salope pour se faire baiser dans ces cases d’abattages…

 

LA SUITE

Les chantiers se succédant avec les mois certains ouvriers devenaient des copains et j’étais apparemment très appréciée.

Je m’entendais très bien avec ma copine et nous discutions fréquemment de longues heures sur les mecs et notre vie… de salopes d’abattages. J’avoue qu’elle me manque et que j’aimerais bien la revoir dans un autre contexte.

J’ai bien sur prolongé mon contrat de 3 mois comme je l’avais un peu prévue.

Nader est venu passé deux semaines pour fêter la nouvelle année avec quelques amis.

Nous avons bien sur étaient invitées à participer… dans tous les sens du terme.

J’ai vraiment un superbe souvenir de ces soirées ou les mecs étaient aux petits soins pour nous. Les marocains savent à la fois être durs quand il le faut mais aussi super gentils avec les gens qu’ils aiment.

Plusieurs sorties avec nos chefs de chantiers m’ont fait découvrir quelques bars « à putes » sur Tanger et Fès.

Nous avons même été testées dans un bordel de Fès pendant deux jours. Je dois dire que j’ai bien aimée !

Les « nouvelles » étaient mises dans une chambre ouverte (sans porte), les mecs payaient à l’entrée et en profitaient  à volonté. Une sorte de test sans doute !

Je dois reconnaitre que certains ont bien profités de mon cul pendant ces deux journées.

 

LA FIN

Les mois passants je sentais la fin de mon contrat venir. Presque à regret car beaucoup de mecs voulaient me recevoir chez eux pour rester au Maroc.

Ce n’était pas l’envie qui me manquait mais j’avais un billet retour et des obligations en France qui me forçais à rentrer.

J’ai revue Nader une fois avant mon départ. Il était super content de m’avoir reçue chez lui et c’était réciproque. C’était un mec très sympa, vrai homme d’affaire qui savait précisément comment faire pour faire avancer ses chantiers.

Et nous en faisions parties !

Je garderais toute ma vie les souvenirs de ce séjour et peut être pourquoi pas si l’occasion s’en présente le refaire…

Mais ceci est une autre histoire comme on dit !

 

Tanger panorama  panorama

Tanger centre cité

Tanger port Tanger

tanger centre ville

Tanger abattage Case d'abattages

Tanger médina Médina

Tanger citée Une cité avec terrain vague...

Tanger port 3 Le port

Tanger médina 2 derrière cette porte des salopes se font remplir à la chaine !

Tanger port 2Le port

Tanger taxi Taxi

look secrétaire Votre chienne en soirée chez Nader

Par Sophie11 - Publié dans : Sophie - Communauté : RENCONTRES DU 3 EME SEXE
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Calendrier

Mai 2017
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Créer un Blog

Recherche

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés